Intervention auprès des élèves de 3ème sur le don d’organes

Le lundi 25 avril et le mardi 26 avril 2016, Mme Humbert et Mme Bruneau, infirmières coordinatrices des prélèvements d’organes et de tissus au Centre Hospitalier de Chambéry sont venues au collège J.J. Perret pour expliquer leurs missions aux élèves de 3ème et notamment pour les informer sur le don d’organes.

don organe

Cette intervention s’intègre dans la partie Responsabilité Humaine en matière de santé et d’environnement du cours de SVT.

Qu’est-ce qu’une greffe ? C’est le remplacement d’un organe défectueux par un organe sain donné par une personne acceptant de donner ses organes à son décès, (90% des greffes) ou de son vivant (10%).

Qu’elles sont les missions des coordinatrices ? Elles sont chargées d’accompagner les familles, elles recensent les donneurs potentiels en collaboration avec  le médecin et l’Agence de la Biomédecine.

Ce que dit la loi ? On est tous consentant sauf si on s’y oppose de son vivant. (Loi Caillavet 1976)  Il faut donc en parler à sa famille et expliquer sa volonté. Si on refuse de donner ses organes, il faut s’inscrire sur le registre national des refus (on peut s’inscrire dès  13 ans, âge auquel on devient responsable pénalement).

Quels sont les principes de la loi de bioéthique ?

  • Respect du corps humain : le corps du mort est traité comme celui d’un vivant.
  • Sécurité sanitaire : on respecte les conditions d’hygiène afin de ne pas faire prendre de risques aux receveurs.
  • Gratuité: égalité du droit à la santé et effet dissuasif sur le trafic d’organes.
  • Anonymat : pas de lien possible entre la famille du donneur et les receveurs.

Faire don de ses organes est une démarche citoyenne et solidaire, mais qui ne peut pas être prise à la légère, on ne doit pas prendre sa décision sans être informé correctement au préalable.

Qu’est-ce que l’Agence de la Biomédecine ?  C’est une agence qui permet d’apporter un cadre légal au don d’organe, c’est elle qui recense les refus et qui détient la liste des receveurs.

Qu’est-ce que la compatibilité ? Pour recevoir un organe, il faut une compatibilité de groupes sanguins (système ABO) et de groupage HLA (identité tissulaire) entre le greffon et le greffé  et une compatibilité morphologique. Le greffé doit prendre des médicaments « anti-rejets » afin que le greffon soit « accepté » par l’organisme : c’est la cyclosporine. Ce médicament  affaiblit le système immunitaire.

Quelques chiffres :

  • 30 % des refus sont liés à la méconnaissance de la volonté du défunt.
  • en 2015, 21 308 patients sont inscrits sur liste d’attente alors que seulement 5746 greffes sont réalisées et 500 sont morts alors qu’ils étaient sur liste d’attente.

Nous avons visionné un film « Et vous alors ? », qui permet de retracer de manière chronologique les évènements depuis l’accident de la route d’un  jeune homme en état de mort encéphalique  jusqu’à la greffe de ses organes.