Mini transat : fin de la première étape!

Bonjour à tous,

Quelques jours se sont écoulés depuis mon arrivée de la 1è étape de la Mini Transat.
J’ai passé la ligne d’arrivée après 10 jours 8h 47mn en course, à la 7è place dans la catégorie des bateaux de série sur 56 concurrents.
Cette 1è étape a été longue du fait d’une situation météorologique très compliquée entre les iles de Madères et les côtes Marocaines. J’y reviendrai.
La sortie du port des chalutiers de La Rochelle a été très émouvant, avec beaucoup de public sur les quais et les « au revoir » avec la famille et les amis.
Le départ s’est déroulé dans des conditions humides mais la situation est rapidement devenue agréable pour traverser le Golf de Gascogne, 1er passage clé de la course.
Nous avons ensuite attaqué le passage du Cap Finistère au nord ouest de l’Espagne avec des conditions ventées ainsi qu’une mer très difficile. Sur cette portion de course, 3 bateaux ont démâté. Mon bateau s’est très bien comporté sur cette partie de la course ; j’ai pu attaquer dans de bonne conditions.
La descente le long des côtes portugaises a été plus tranquille jusqu’à la latitude de Madère.
Le passage au sud a été totalement bloqué par 2 dépressions peu actives (peu de vent) et stagnantes. Cette situation est atypique et a créé ce qu’on appelle une rupture des alizés portugais. Nous avons été bloqués pendant plusieurs heures, plusieurs jours. Avec des vitesses moyennes très faibles et peu de progression vers les Iles de Canaries. J’ai, par exemple, parcouru 4 milles nautiques en 10 heures…
La sortie de cette zone s’est plutôt bien déroulée pour moi, avec une position idéale pour l’arrivée aux Canaries, en profitant d’un décalage vers l’est, là où se reconstruisent les alizés.
Je n’ai pas rencontré de gros problème technique. J’ai dû réparer une petite voie d’eau sur l’accroche de mes safrans (gouvernail). J’ai également eu une panne de réveil ce qui est très handicapant pour gérer raisonnablement mon sommeil.
J’ai vu peu d’animaux : des dauphins au large de Porto et un oiseau qui est venu me rendre visite vers Madère.
Actuellement, je me repose de cette 1è étape éprouvante et remet mon bateau en état pour la 2è étape.
Je vous souhaite une bonne semaine.
A bientôt,
Frédéric MOREAU